Fest-noz de Toussaint de l’UDB : Fleuves et Guichen en têtes d’affiche

Fleuves

La 43ème édition du traditionnel fest-noz de la Toussaint organisé chaque année par l’UDB du Pays de Paimpol-Goëlo, aura lieu le jeudi 31 octobre (veille de la Toussaint) à partir de 21 h, à la Salle des Fêtes de Paimpol (Quai Loti).

La soirée verra se succéder, jusque tard dans la nuit, le groupe Fleuves,les Frères Guichen, les Frères Morvan, les Filles à Marier et les Pennoù Devet.

Un Fleuves pas si tranquille…

Fleuves est un trio atypique construit sur une base instrumentale originale : clarinette, piano Fender Rhodes et basse… Le groupe est formé par Emilien Robic, Samson DAYOU et Romain Dubois. Tout en construisant entièrement son répertoire sur le respect de la danse traditionnelle, Fleuves amène dans le monde du fest-noz, une musique électrique, électronique, fractale, une musique qui semble couler de source mais n’en est pas moins recherchée, réfléchie et soigneusement travaillée. Ce trio serait-il celui qu’on attendait pour donner à nos musiques le coup de startijenn espéré ? Désormais très programmé en festoù-noz ou festivals, son passage remarqué aux dernières Trans’ rennaises, prescripteur reconnu, pourrait le laisser penser. En attendant ce nouveau flux qui viendra forcément, Fleuves coche toutes les cases d’une musique bretonne tout à la fois enracinée et innovante, sobre et percutante, conquérante, une musique bretonne d’aujourd’hui et de demain… Sur le fil d’un équilibre permanent mais réussi entre électro et son breton, Fleuves parvient sans difficulté à faire monter la température… Avec Fleuves, on peut dire qu’un son nouveau coule dans les veines de la musique bretonne… Et s’il est incontestable que « l’on ne se baigne jamais dans le même fleuve », on prend beaucoup de plaisir à nager aux cotés d’un tel groupe. Le trio a déjà eu l’occasion de jouer dans de nombreux festivals (Lorient, Carhaix, Rennes, Paimpol…) et se produira au Fest-noz de la Toussaint le 31 octobre…

L’énergie contagieuse des Guichen

Qu’importent les mots, les lieux ou les situations, leur musique fait frissonner et danser et ne laisse jamais indifférent. Jean-Charles et Fred Guichen ont joué à l’Élysée Montmartre, à l’Olympia ou encore au Zénith, au Bataclan, aux Francofolies de la Rochelle ainsi qu’aux Vieilles Charrues ou au Festival du Chant de Marin. Des concerts partout en Bretagne : de Lorient à Saint-Malo en passant par Paimpol ou Saint-Nicodème. Dans toute l’Europe (Pologne, Tchèquie, Espagne, Italie, Belgique, Pays Bas, Angleterre, Luxembourg, Allemagne…) et à travers le monde d u Pakistan à Singapour, en passant par le Cambodge, le Canada, Taïwan, Tahiti, le Japon, New York… La grande aventure des Frères Guichen a démarré en 1986 avec la création du Groupe Ar Re Yaouank. Véritable électrochoc de la musique bretonne des années 1990. Avec leur son rock, leur énergie survitaminée, ils signent des morceaux mythiques comme Breizh Positive. Les Frères Guichen ne se départissent pas de cette énergie contagieuse, de cette impérieuse envie d’inventer d’autres musiques et d’enflammer littéralement le public ! Petite info : Jean-Charles prépare déjà un nouvel album, dont la parution est prévue pour le mois de mars…

Les Frères Morvan, 60 ans de kan ha diskan ! 

Depuis 1958… ils ont toujours fait ça, chanter dans lesfestoù-noz. Rien que pour leur plaisir et celui de l’assemblée bien sûr. Ils vous font danser jusqu’au bout de la nuit, ils portent la danse et les danseurs comme personne. Eh oui, ils ne suffit pas de savoir chanter pour faire danser, le kan ha diskan est un talent et un danseur ne s’y trompe pas, un débit subtil, un rythme léger et entrainant. Ils vous font faire une gavotte de 3/4 d’heures sans que vous vous en rendiez compte, un vrai plaisir ! Derniers représentants de la culture populaire et orale bretonne, ils aiment partager les centaines de chansons que leur a léguées leur mère, Augustine. Fidèles à la scène de la fête de quartier, les Frères Morvan ne rechignent pas à se produire sur les plus grands événements, des Transmusicales rennaises au Festival du Chant de Marin en passant par les Vieilles Charrues. Leurs chemises à carreaux sont devenues légendaires et « Joli coucou », leur chant fétiche, est devenu un tube repris pas des groupes de rock comme Red Cardell. Depuis plus de 40 ans, ils n’ont manqué que deux ou trois fois le fest-noz de la Toussaint, uniquement quand les travaux des champs les retenaient à la ferme. En Bretagne, qu’ils refusent de quitter en dépit de nombreuses sollicitations, ils sont des stars. Et cette année, en toute simplicité, après avoir fêter tranquillement leurs 60 ans de kan ha diskan, ils seront des nôtres, une nouvelle fois, avec cette même simplicité et leur gentillesse inégalée.

Les Filles à Marier (Les FAM)

Sont-elles trégorroises? Sont-elles gallèses ? Sont-elles québécoises ? Mais surtout, sont-elles vraiment célibataires ? Les « Filles à marier » est un trio féminin qui sait se faire entendre. Créé en 2014, il rassemble Erell Olivier-Jégat, Sandie Crampon et Youna Le Sommer. Cachez vos fils et vos maris, les Filles à Marier débarquent dans les festoù-noz de Bretagne et d’ailleurs avec leurs chansons coquines pour vous faire danser des danses de Haute-Bretagne et du pays gallo-vannetais sur des airs parfois québécois. N’écoutez pas trop les textes des chansons, vous pourriez en rougir ! Répertoire : Les chansons sont issues du répertoire de chants traditionnels gallo-vannetais (fruit du collectage de Youna auprès d’Ambroise Corvec, Pierre Le Port notamment), de chants québécois (réarrangés pour être dansés en fest-noz) et de chants traditionnels issus d’autres régions de la France.

Des têtes brûlées à Paimpol…

Les Pennoù Devet (les Têtes brûlées…) sont des sonneurs issus du bagad et du bagadig Sonerien Bro Dreger de Perros-Guirec. Ils aiment sonner en toute liberté, avec comme première motivation la volonté de soutenir les associations qui œuvrent pour la culture et la langue bretonnes, telles que les écoles Diwan, Divyezh… Et comme carburant, l’esprit de partage, la jovialité et une grande complicité avec le public.

Fest-noz de La Toussaint, jeudi 31 octobre, 21h00, salle des fêtes de Paimpol (entrée 7,00 €, gratuit jusqu’à 12 ans).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *